☎/ UK /+44 (0) 33 0027 1500  / MA / +212 (0) 524 43 79 93  / FR +33 971 07 00 17

Au cœur de la nature marocaine

La nature marocaine est, de tout point de vue, un somptueux musée d’histoire naturelle universelle. Etant due à un concours de circonstances extraordinaires, parfaitement inattendues pour sa position dans le monde, elle est affectée de nombreux points de fragilité, qu’il convient de bien situer avant toute action.

La problématique de la nature du pays est assez claire, et pourrait se résumer dans les constats fondamentaux suivants :

  • Le pays, dans sa position naturelle actuelle, est astreint à négocier, tous les jours, les composantes de son environnement climatique, sous des latitudes parmi les plus ingrates du monde, car très largement arides à hyperarides.
  • Il arrive, pourtant, à en tirer un bon profit, voire même parfois à inverser les tendances, grâce à ses structures géologiques, organisées en formes et matériaux de facture réellement prodigieuse. Cependant, ce potentiel de correction n’est pas infaillible, et n’agit efficacement que sous des conditions particulières.
  • D’autre part, le comportement humain qui avait été, le plus souvent, proportionné par le passé, voire ingénieux, et digne des plus grandes civilisations humaines, s’était trouvé brutalement libéré de toute mesure, lors de la première moitié du vingtième siècle. Sans ménagement, les nouveaux aménagistes du pays ne semblaient plus concernés par un quelconque souci de durabilité du territoire ou des ressources. Les équilibres des terres et des ressources ont été touchés au plus profond de leur dynamique. Le modèle de consommation de la société dominante, d’abord imposé, semble s’être érigé en modèle universel et définitif.

Aujourd’hui, on est certainement autorisé à espérer, qu’avec le réveil global de la conscience environnementale, et, probablement aussi, avec ce qui est apparu comme un printemps régional, soucieux de disposer de ses richesses pour le bien être des populations locales, on puisse rêver à un monde plus équilibré.

C’est pourquoi, tout projet d’aménagement du territoire ne semble avoir d’autres choix que d’évoluer en parfaite intelligence avec ces données, élaborées sur la base de l’histoire naturelle, de l’histoire humaine et de la civilisation des communautés concernées.

Au Coeur De La Nature Marocaine

Eléments pour approcher les environnements naturels du Maroc

Il reste indéniable que les conditions climatiques posent un sérieux handicap de départ. Le problème est complexe. Il est à la fois naturel, socio-économique et environnemental, et est certainement le plus important que le pays ait eu à affronter depuis qu’il se fût doté d’une organisation politique. Il est apparu, de plus, comme incontournable ; puisque même les instances politiques ont fini par admettre que nos sécheresses, d’abord exceptionnelles puis habituelles, étaient devenues structurelles.

Quant à l’évolution des grandes structures géologiques à travers les âges, elle s’avère être la plus efficiente, surtout dans nos pays fondamentalement secs, lorsqu’elle parvient à élaborer de grandes chaînes de montagnes, profitablement plus humides, en rapport utile avec de vastes plaines d’aval, élaborées en proportion.

Enfin, il est essentiel de garder à l’esprit, pour tout aménagement de l’espace, que ces deux  facteurs naturels fondamentaux, climatiques et géomorphologiques, fonctionnent de façon extrêmement imbriquée et interactive.

Le premier fournit le référentiel climatique zonal, représenté par la circulation atmosphérique générale concernant ces latitudes, et qui est dominé, chez nous, par l’anticyclone des Açores, redoutable dispositif de « beau temps » invariable. Il règle de même, indéfectiblement, la rythmicité saisonnière, absolument essentielle pour caractériser un climat, surtout en pays méditerranéen. Il se présente, alors, comme une donnée inébranlable.

Le second, selon son importance et ses détails infinis, assure des trésors d’éléments de modération, qu’il est intéressant de déchiffrer. En effet, c’est les structures géologiques, dans leur géographie, c'est-à-dire selon l’ampleur et la qualité des formes de la surface de la terre, leur emplacement et leur orientation, leur aptitude à traverser les étages bioclimatiques, ainsi que les roches qui en fournissent la substance…, qui aménagent, en dernier recours, les ressources climatiques. Celles-ci, dans leurs dimensions hydriques en particulier, s’en trouvent amplifiées, et plus judicieusement redistribuées dans l’espace et dans le temps.

Mieux encore, dans nos régions sèches, certaines phases climatiques ont été plus humides que d’autres. La montagne trouve alors, dans les détails de sa charpente, des magasins pour les eaux d’un passé plus généreux. Elle parvient même à conserver, dans les replis de ses grandes morphostructures, des formations biotiques patrimoniales, parfois héritées dans toute la complexité et la splendeur de leur milieu d’origine, et de qualité exceptionnelle avérée.

Il convient alors de distinguer, à tous les niveaux, ce qui est climatiquement garanti, car fermement dû à la zonalité, de ce qui est un apport circonstanciel, légué par la conjonction de caractères stationnels, ou par les péripéties de l’histoire naturelle. Des deux situations, c’est la seconde, relativement factice, qui requiert le plus de soins pour sa pérennisation.

C’est, par conséquent, dans la prise en compte de toutes ces données dans les projets d’aménagement, qu’on trouve les référentiels de fond de ce que les environnementalistes ont  appelé « développement  durable

Les choix de développement durable découlent ainsi, impérativement, de notre connaissance, la plus fine possible, des équilibres naturels des territoires et des ressources.

D’autre part, à chaque fois qu’un problème de dégradation des territoires ou de déperdition inconsidérée des ressources s’est posé, il s’est avéré qu’il fallait s’adresser aux modèles de comportement proposés par les civilisations originelles en place, pour s’en inspirer dans la recherche nécessaire d’alternatives crédibles. C’est là le complément de l’approche pour tout développement durable ; car nos civilisations, millénaires, ont appris à traiter, assez harmonieusement, avec les conditions naturelles de nos environnements. Bien évidemment, il ne s’agit pas de les copier, mais plutôt de tirer des leçons utiles des philosophies qui les ont animées, et qui ont prouvé leur efficience dans la durée.

Au Coeur De La Nature Marocaine

On remarquera que parmi les maîtres mots déduits de l’approche, il y a un certain respect des caractères d’authenticité, avec de solides références autant à l’histoire de la terre qu’à celle du comportement des êtres vivants qui en tirent profit.

C’est ainsi qu’il apparaît que la recherche de durabilité, tournée résolument vers l’avenir, trouve ses matériaux utiles dans la continuité, à partir du patrimoine.   

Le Maroc, qui se trouve en rapport direct avec le plus grand désert chaud du monde, est dans l’obligation de mieux connaître sa terre, pour mieux la protéger. Sa responsabilité, par rapport à la dynamique de désertification, est certes d’abord individuelle et spécifique, mais, elle est également de portée globale. Se trouver posté sur le front mondial majeur de désertification n’est pas anodin ; il implique, de fait, une fonction environnementale universelle des plus graves.

Il est bien évident que, dans l’effort de traiter correctement avec un front de désertification aussi redoutable, il est absolument vital de s’armer des précieux outils que procure la montagne en place. Dans cet exercice permanent, le Maroc est un espace merveilleux. L’organisation de ses caractères morphostructuraux, et des conséquences qui en dérivent, est admirablement agencée pour affronter le défi saharien, au niveau de toutes les interfaces, qui sont autant de lignes d’attaque adverses.

Cette étude ne se propose qu’une revue très succincte des données de base des environnements naturels du pays, qui est en fait un véritable musée en la matière.

La revue du Maroc ancien, concerne les substrats primaires et précambriens. Elle souligne certains moments de gloire, dont il ne reste, apparemment, que des surfaces largement érodées. C’est, en fait, le pays des substrats denses et un immense canevas de minerais métalliques divers.

La revue du pays plus moderne, mésozoïque et Cénozoïque, coïncide justement avec l’histoire de l’élaboration des montagnes. Il s’agit de préparer l’assiette minérale, censée recevoir l’eau et les écosystèmes, ainsi que l’œuvre de l’homme pour veiller sur l’ensemble. .

Mais, tout d’abord, il convient de rappeler qu’en bordure du Sahara, la problématique climatique prime incontestablement toutes les autres. Le contexte zonal, devenant tyrannique, il est censé déterminer les réserves biotiques et la qualité de la vie. Il est en lui-même, en tant que marges méridionales du climat méditerranéen, bien documenté par ailleurs, et ne requiert, pour notre propos, que ce qui en fait l’originalité régionale.

HEY ! INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT POUR BÉNÉFICIER GRATUITEMENT D'UNE BALLADE EN CALÈCHE AU CŒUR DE MARRAKECH OU D'UNE PROMENADE EN DROMADAIRE DANS LA MAGNIFIQUE PALMERAIE LORS DE VOTRE PREMIÈRE RÉSERVATION ET OBTENEZ UN ACCÈS EXCLUSIF AUX OFFRES RÉSERVÉES AUX MEMBRES PAR COURRIER ELECTRONIQUE 😍